Vous êtes ici : Accueil > Archives > Le LPJV année après année > 2011 > 23/06/11 : Journée environnement à Houailou
Publié : 2 juillet 2011

23/06/11 : Journée environnement à Houailou

Certains jeunes, des écoles primaires, des collèges et des lycées privés (FELP, ASEE, DDEC) et publiques, de la commune de Houaïlou, ont participé à la journée environnement par le biais d’une dizaine d’ateliers sur le thème de « l’arbre ». Au total, plus de 300 élèves avaient fait le déplacement.

Ce jeudi a eu lieu la journée de l’environnement à Houaïlou, organisée entre autre par la mairie. Les activités se sont articulées autour de plusieurs pôles :
-  dans l’ancienne mairie et sur le terrain d’à côté : des panneaux concernant la fabrication d’herbiers et leur utilité, le phénomène d’érosion et comment le contrer, une présentation de la filière environnement de l’association Aidja, ainsi que des arbres fait avec les empreintes de mains, un atelier de fabrication d’arbres à l’aide de fils métalliques, des fleurs en papier et de cheveux d’ange. Les élèves de 2nde Bac pro Hygiène Environnement du LP Johanna Vakié, dans le cadre de cette journée ont réalisé des panneaux concernant la forêt de l’Aoupinié à Poindimié qu’ils ont visitée mardi dernier. L’association Dayu biik de Hienghène avait également fait le déplacement.
-  Des actions sur le terrain : plantations de palmiers au niveau de la caserne des pompiers non loin du dock munipal, au niveau également du bord de la rivière au village, de la revégétalisation à Ba et aux pétroglyphes à Poro
-  Un bilan des différentes activités a eu lieu en milieu de journée
Gros plan sur la revégétalisation aux pétroglyphes à Poro
Les fascines sont des branches de gaïacs ou de pinus que l’on attache par paquets de dix. Elles sont ensuite placées au bord du talus et sont retenues par 3 piquets pour chacune. Ces fascines permettent de retenir la terre lors des grosses pluies. A Poro, le sol est très particulier, c’est du maquis minier. Il faut donc avoir des plantes adaptées à ce milieu spécifique et non des plantes d’embellissement (cocotier, sapin, jamelonnier, bois noir…) ou de forêt sèche qui auraient beaucoup de mal à se développer.
« Quand on a besoin d’un arbre c’est pour s’abriter du soleil. Mais souvent, on les marque, on les coupe n’importe comment, on leur fait du mal » nous a dit Adrien de l’association Aïdja, intervenant en environnement lors de cette opération.
Les graines sont récupérées, puis pousse au départ sous serre à l’abri du soleil. Au fur et à mesure, on les habitue un peu plus au soleil.
Lors de la revégétalisation de ces anciens sites miniers, il faut tout d’abord réaliser des trous d’environ 40 cm dans lesquels on dispose du terreau et de l’hydro-rétenteur (très utile en cas de sécheresse) et des engrais. On dispose ensuite de la paille ou des copeaux de bois et quelques cailloux.


Photo 1 : les élèves des écoles, collèges, lycée du public ou du privé de la commune avait fait le déplacement pour cette journée de l’environnement

Photo 2 : fabrication de fascines à l’aide de branches de gaïac reliées entre elles par du fil de fer

Photo 3 : pose des fascines au bord du talus pour retenir la terre lors des fortes pluies

Photo 4 : après avoir réalisé des trous d’environ 40 cm, on y dépose du terreau et de l’hydro-rétenteur

Photo 5 : Il faut impérativement des plans adaptés à ce milieu spécifique, le maquis minier

Photo 6 : une fois le plant mis en terre, il faut y rajouter un peu d’engrais, puis l’arroser